Mushin no shin - iaidō Paris 11
Iaidō Jōdō La Pratique Calendrier Photos Contacts Liens Notre page Facebook Notre page Instagram
Présentation Techniques Lexique

         
Terme   Kanji   Définition
         
Atemi   当て身   Coup (当て) donné à une personne(身). Avec le poing souvent en karate, avec la tsuka en général en iaidō. Dans seitei-iai on retrouve un atemi avec la tsuka ou tsuka-kashira dans le 4e kata tsuka-ate, dans le 8e ganmen-ate et dans le 10e shihō-giri.
         
Arigato gozaimashita       Merci beaucoup. Prononcé « aligatô gozaïmashita ». Lors du salut au professeur en fin de cours, on le remercie pour l’enseignement professé. Le professeur remercie alors en même temps ses élèves pour leur attention. Cette forme est au passé, comme il se doit dans le contexte susdit (la forme au présent étant arigatō gozaimasu). Pour un remerciement prononcé on ajoutera le préfixe dōmō, mais en général la plupart des sensei trouve ça trop fort.
         
Budō   武道   Terme générique pour les arts martiaux japonais. Terme apparu seulement dans la deuxième partie du 19ème siècle quand la caste des guerriers/samurais a été supprimée officiellement (comme toutes les castes) et que toutes les techniques de combat (jutsu 術) sont devenues des voies (dō 道) d’accomplissement personnel. Littéralement la voie (道) du guerrier, du chevalier (武).
         
Bushidō   武士道   Voie (道) du samurai (bushi 武士). Plus connue en occident sous le nom de code d’honneur du samurai. Code de conduite, d’idéal du serviteur de la caste guerrière.
         
Bokken   木剣   Sabre en bois. Typiquement en chêne.
         
Bokutō   木刀   Même chose que Bokken, plus usité au Japon semble t'il
         
Chūdan no kamae   中段 の構え   Garde moyenne. Le sabre est devant soi, menaçant l’adversaire. La tsuka kashira étant au niveau du nombril, la pointe du sabre étant au niveau de la gorge de l'adversaire, son prolongement visant entre les yeux. Dans seitei-iai, on ne la retrouve que dans le 6ème kata, morote-tuski, avant le tsuki. Très présente en kendō/kenjutsu et jōdo.
         
Dan     Grades supérieurs. A l’origine un système de hiérarchisation des niveaux pour les joueurs de go, inventé au 17ème siècle et utilisé et formalisé pour les arts martiaux seulement à la fin du 19ème siècle (par Kano Jigoro le fondateur du jūdō). Va du 1er dan (ou shodan 初段) pour l’initié au 10ème dan pour les experts.
         
    Voie de la pratique. Suffixe précisant que la technique pratiquée met l'accent sur l'évolution personnelle. Mais on ne peut séparer cette notion de celle de jutsu qui donne la dimension de réalisme de la technique utilisée.
         
Dōjō   道場   Lieu de pratique des arts martiaux japonais.
         
Furikabutte/furikaburi   振りかぶり   Geste d’armer le sabre au dessus de la tête. Notons que déjà dans le mot il y a l’idée d’un geste sans tension dans la notion de furu (secouer/agiter/balancer/etc.).
         
Gedan no kamae   下段の構え   Garde basse. Le sabre est tenu pointe vers le bas (gedan下段=niveau bas), tsuka-kashira au niveau du bassin.
         
Godan   五段   5ème dan.
         
Gōgi   合議   Consultation. Lors de compétition, lors de certaines erreurs (sortie du shiaijo, temps dépassé etc), un des arbitres peut demander gōgi pour en discuter avec les deux autres.
         
Hachidan   八段   8ème dan.
         
Hajime   始め   Début/commencement. Prononcé par le professeur, annonçant le commencement d’un exercice ou d’un kata.
         
Hakama     Pantalon large traditionnel; cf. rubrique tenue.
         
Hanshi   範士   Samurai modèle, l’exemple à suivre. Plus haut titre honorifique d’instructeur devant kyōshi et renshi. N’est donné qu’aux 8ème dan.
         
Hantei   判定   Jugement, décision. Lors de compétition, à la fin des prestations de chaque combattant, le juge central annonce "hantei" incitant chaque juge à montrer leur vote, puis "shōbu ari "pour le résultat final.
         
Hara     Ventre. Centre énergétique et donc « source » de ki. Demande de bons appuis, un gainage musculaire fort, une bonne technique.
         
Hassō no kamae   八双 ou 八相の構え   Garde "hassō". Le sabre est dirigé vers le haut en biais à droite, la tsuka kashira au centre sous le niveau du menton, la tsuba au niveau de la bouche. En kenjutsu en général elle précède une coupe en kesa. Dans seitei-iai on la retrouve justement après une coupe kesa.
         
Jōdan no kamae   上段の構え   Garde haute. Le sabre est placé au dessus de la tête (jōdan 上段=niveau haut), la main gauche à un poing du haut du front, la droite à un poing du haut du crâne. Le sabre est centré sur son axe médian pour la garde avec pied droit devant (migi jōdan), légèrement dirigé à droite pour la garde pied gauche devant (hidari jōdan). En iaidō on rencontre rarement une garde migi jōdan.
         
Jūhanshi   準範士   Semi-hanshi. Grade d’instructeur entre kyōshi et hanshi. Grade institué par la ZNKR, n’existait pas antérieurement.
         
Jutsu     Technique. À la différence de la notion de Dō, celle de jutsu met l'accent sur la notion d'efficacité et de réalisme avec peu ou pas de la dimension de Dō.
         
Kamae   構え   Garde. En kenjutsu c’est la position avant ou après une coupe. Il en existe principalement 5 : garde haute (cf. jōdan no kamae), garde moyenne (cf. chūdan no kamae), garde basse (cf. gedan no kamae), garde dite hassō (cf. hassō no kamae), et garde dite wakikamae (cf. waki no kamae). Existe aussi la garde Soete Tsuki No Kamae dans le 9e kata de seite iai.
         
Kata     Forme de combat codifiée. Uchidachi et Shijo ont des rôles pré-écrits, à des fins pédagogiques. Dans seitei-jō il y en a 12.
         
Kenjutsu   剣術   Littéralement « technique du sabre », est l'ancêtre du iaidō et du kendō. Il entre dans la catégorie des bujutsu, techniques guerrières devant être pratiquées par les samuraïs.
         
Ki   気 ou 氣   Le souffle énergétique, l’énergie subtile.
         
Kihon   基本   Exercice de base, fondamental. (À ne pas prononcer "kion" comme pion, mais en pronoçant le "h").
         
Kikentai no ichi   気剣体の一   Corps (体), énergie (気) et sabre (剣) ne font qu’un. La synchronisation dans l’espace et dans le temps de ces 3 éléments engendre une puissance et une efficacité formidable. Notion très importante dans tous les kenjutsu.
         
Kime   極め   Expression de l’énergie concentrée en un point, ici le sabre ou le baton.
         
Kirioroshi   切り下ろし   Mouvement de coupe vers le bas. De kiru (切る) couper, et orosu (下ろす) descendre. Plus rarement on trouve des coupes vers le haut, par exemple la 1ère coupe du kata kesa giri, on parle alors de kiriage/kiriageru.
         
Kiritsuke   切りつけ   Mouvement de coupe, plus général.
         
Kiritsu   起立   Ordre donné par le sensei ou le sempai de se relever, se redresser. Par exemple à la fin du tōrei.
         
Kissaki   切っ先   Le bout du sabre littéralement (les 2-3 derniers cm).
         
Koryū   古流   Ecole ancienne. Style de iaidō que l’on pratique traditionnellement dans son dōjō hors seitei-iai. Par exemple : musōshinden ryū ou shinkage ryū.
         
Kyōshi   教士   Deuxième grade d’instructeur. Etymologiquement samurai (士) qui enseigne (oshieru教える), i.e. qui est désormais suffisamment indépendant de son maître pour délivrer un enseignement original. Titre honorifique donné à partir du 7ème dan. Le suivant est le titre de hanshi et le précédant renshi.
         
Kyū     Grades inférieurs. Grades pour les débutants et débutants avancés avant le 1er dan. Va du 10ème kyū au 1er kyū, ce dernier niveau étant alors l’équivalent de la ceinture marron en jūdō ou karatedō.
         
Metsuke   目付け   Travail du regard, jamais focalisé en un point, toujours à l’affût. Le regard entraîne l’action, pas d’action en aveugle.
         
Mokusō   黙想   Méditation. Se fait en début et fin de séance. Littéralement taire (damaru 黙る) ses pensées (omoi 想い). Contemplation silencieuse. Etat de forte concentration, de présence et d’écoute.
         
Mono-uchi   物打   Partie effective du sabre lors d’une coupe, typiquement le dernier tiers de la lame. Voir rubrique sabre.
         
Mudansha   無段者   Débutant ou débutant avancé. Personne (者) sans dan (無段). Dans certaines disciplines on parle des ceintures jaune à marron, avant la noire. En iaidō et ailleurs on utilise le système des grades intermédiaires kyū 級avant le 1er dan.
         
Mune     Partie la plus épaisse de la lame, le coté non tranchant. Voir rubrique "Sabre".
         
Nanadan   七段   7ème dan.
         
Naname   斜め   Littéralement "oblique". On parle de coupe naname donc quand on coupe en biais.
         
Nidan   二段   2ème dan.
         
Obi     Ceinture dans laquelle est posé le fourreau du sabre, se met sous/avant le hakama. Voir rubrique "tenue".
         
Onegaishimasu       S’il vous plaît/merci d’avance. Prononcé « onégaïshimass ». Lors du salut au professeur en début de cours, on le remercie à l’avance pour son enseignement à venir. De même le professeur demande à ses élèves leur attention et les remercie d’avance pour leurs efforts, leur présence et la dynamique positive du groupe. Littéralement « je fais (shimasu) le souhait (onegai)» en l’occurrence ici de recevoir l’initiation ou l’écoute selon le prononçant.
         
Rei     O-rei : révérence. Expression de gratitude envers le sensei (sensei ni rei), le sabre (tōrei) et les ancêtres (shōmen e no rei, ou shinzen e no rei, ou kamiza e no rei) en iaidō.
         
Renshi   錬士   Premier grade d’instructeur. Etymologiquement samurai (士) arrivé à maturité (錬), i.e. suffisamment mûr pour transmettre ce qu’il a acquis. Titre honorifique donné à partir du 6ème dan. Suivent les titres de kyōshi et de hanshi.
         
Rokudan   六段   6ème dan.
         
Sandan   三段   3ème dan.
         
Sensei(gata) ni rei       Salut au professeur. Quand il y a plusieurs enseignants on dira senseigata.
         
Seiretsu   整列   Ordre donné par le sensei ou le sempai de former une ligne. Par exemple en début et fin de séance pour que tout le monde fasse le salut ensemble.
         
Seiza   正座   Position assise traditionnelle à genou, à la japonaise. Littéralement "assise juste". (Attention : ne pas prononcer "seïza")
         
Seme   攻め   Menace/assaut. En général avant une attaque ou entre 2 attaques. Par exemple dans "mae "après le nukitsuke.
         
Sempai   先輩   Aîné. Le plus ancien dans le club (donc pas forcément le plus âgé). Littéralement camarade輩 arrivé avant 先.
         
Sensei   先生   Enseignant. Littéralement né (生まれる) avant (先). Dans les traditions asiatiques, l’aîné/ancêtre ayant toujours quelque chose à vous apprendre.
         
Shiaijo   試合所   Littéralement "lieu de compétition". En iaidō cela représente un ensemble de 2 rectangles (pour chacun des 2 compétiteurs) de 3 mètres sur 7 avec 1 mètre entre les 2 ainsi que la place pour les différents arbitres.
         
Shinken   真剣   Sabre en métal, coupant cette fois, par opposition à iaitō. Littéralement "vrai sabre". Déconseillé pour la pratique du iaidō avant une longue expérience.
         
Shōbu ari   勝負あり   cf. hantei.
         
Shodan   初段   1er dan. Littéralement grade de commencement, contrairement aux autres dan qui n’ont d’autre signification que leur numéro. Quand on l’obtient on commence les choses sérieuses, on démarre un apprentissage plus subtil que celui des bases obtenues en kyū. Ceinture noire en jūdō ou karatedō.
         
Sōke   宗家   Grand maître, successeur à la tête d’une école traditionnelle (koryū). Littéralement maître de la maison, chef de maison, tête 宗 de la maison家. Désigné par son prédécesseur avant de mourir et nul autre. De ce fait il est incontesté.
         
Shōmen   正面   Littéralement "devant/en face". En compétition ou passage de grade le shōmen (e) no rei est le salut aux arbitres qui sont devant. Dans les clubs occidentaux, on salue le shōmen par tradition à la place du kamiza traditionel (autel shinto où sont révérés les esprits/kamis, ainsi que les ancêtres), pas forcément devant soi quand on s’entraîne.
         
Suwari waza   座り技   Techniques (waza 技) au sol, avec une position de départ assise (suwari 座り). A contratio : les tachi waza, techniques debout.
         
Tachi waza   立ち技   Techniques (waza 技) debout (立ち), par opposition aux techniques au sol, les suwari waza
         
Taïkaï   大会   "Grand rassemblement". Tournoi par démonstrations.
         
Taitōshisei   帯刀姿勢   Posture (shisei 姿勢) de début et fin de kata, debout, le sabre (刀) dans le obi (帯), le pouce gauche sur la tsuba.
         
Tsuba     Garde du sabre. Voir rubrique sabre.
         
Tsuka     Poignée du sabre. Voir rubrique "sabre".
         
Tsuka-kashira    柄頭   Extrêmité de la tsuka.
         
Tsuki   突き   Coup d’estoc. En jōdō, il se fait généralement au niveau du plexus.
         
Uwagi   上着   Veste large. Voir rubrique" "tenue.
         
Waki no kamae   脇の構え   Aussi wakikamae ou wakigamae. Garde "waki". Le sabre est placé derrière soi, la tsuka-kashira au niveau du flanc (waki), la lame à 45° vers le bas en iaidō. Cette garde a pour but de cacher à l’adversaire en face et la longueur du sabre (à l’époque les longueurs n’étaient pas standardisées) et son orientation.
         
Yame   止め   Littéralement "Arrêt, s’arrêter". Prononcé par le professeur, annonçant la fin d’un exercice ou du cours.
         
Yondan   四段   4ème dan.
         
Yūdansha   有段者   Gradé. Littéralement personne 者 ayant 有 un grade supérieur/dan 段 (ou: 段の有る者dan no aru mono). On parle de ceinture noire dans d’autres disciplines comme le jūdō ou le karatedō. Le contraire étant mudansha 無段者 une personne sans dan.
         
Zanshin   残心   Notion complexe incluant les idées de vigilance, de présence, de concentration, d’écoute de l’adversaire et de l’environnement. Etat d’esprit accentué après une technique, quand le danger peut paraître disparu. De nokoru (残る) rester, et kokoro (心) cœur/esprit : l’esprit est toujours là.
         
ZNKR   全日本剣道連盟   Zen nippon kendō renmei, fédération nationale japonaise de kendō et disciplines associés (dont iaidō et jōdō). Créée en 1952 et formalisant notamment seitei-iai dès 1969.
         

 

 

 

 

 

 
© Iaido Maison Blanche 2009-2020 - Tous droits réservés
Crédits - Contacter le webmaster